Index

L'ESPRIT DU SEIGNEUR (Odes de Salomon)

L'Esprit du Seigneur est sur moi:

« Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement. »  

Comme la main se promène sur la cithare et les cordes parlent,

Ainsi parle en moi l'Esprit du Seigneur et je parle en son amour.

Il s'est fait connaître à moi dans sa simplicité.

Car, dans sa bonté, Il a rapetissé pour moi sa grandeur.

Il est devenu comme moi, pour que je le reçoive.

Par l'aspect, il a été semblable à moi, pour que je le revête,

Et je n'ai pas été effrayé en le voyant, car il est ma miséricorde.

Voici que notre miroir est le Seigneur, ouvrez les yeux, et regardez-les en lui,

Et apprenez comment sont vos visages.

Comme les ailes des colombes sur leurs petits,

Et comme les becs de leurs petits vers leurs becs,

Ainsi sont les ailes de l'Esprit sur mon coeur.

Mon coeur se réjouit et tressaille,

Comme un enfant qui tressaille dans le sein de sa mère.

Parce que je l'aime, lui, le Fils, je deviendrai Fils.

Oui, qui adhère à celui qui ne meurt pas, lui aussi sera immortel.

J'ai semé mes fruits dans les coeurs et je les ai changés en moi;

Ils ont reçu ma bénédiction et ils vivent.

Ils se sont rassemblés vers moi et ils sont sauvés,

Parce qu'ils sont pour moi des membres et je suis leur tête.

Gloire à toi, notre tête, Seigneur Christ. Alléluia!

PRIÈRE

En nous qui sommes ton Église, ton répondant par Jésus Christ, rassemble tes échos qui s'opposent, tes reflets qui se contrarient, et fais-nous croître en ton alliance; dans notre insuffisance et justement par elle, avec notre parole et malgré elle, dans notre dénuement et tous nos biens enfin alliés, donne-nous d'approcher ton évidence, pour recevoir le plus beau don de toi, notre part de vie éternelle où ta joie sera notre joie.

PRIÈRE UNIVERSELLE. (Paul COUTOURIER)

Qui perdra sa vie à cause de moi la gardera. »  

A l'autel du très saint sacrifice, à l'office choral, au bréviaire « prié » dans la solitude, à l'oraison silencieuse, avec moi et en moi, mes frères protestants ou anglicans ou orthodoxes prient dans ma prière. Et tout aussi bien je suis, je passe dans la prière loyale, sincère, s'élevant à Dieu par les splendeurs de la Divine Liturgie et des offices des orthodoxes convaincus; je suis, je passe dans les prières publiques anglicanes, ces admirables chants de Matins et de Evensong qui n'ont jamais cessé depuis le XVI siècle de monter vers Dieu dans chaque cathédrale anglaise, chef-d'oeuvre de la foi moyenâgeuse des ancêtres, ou dans les prières privées des fervents anglicans, et plus encore dans leur Holy Communion ou « Saint Service de la Communion o; je suis, je passe dans les cuites, les prières lentes et pleines de foi et les cantiques profonds du protestantisme, et surtout dans les ferventes commémoraisons de la sainte Cène que font mes frères protestants. Puis-je ignorer - ô Dieu! - que vous plaire consiste dans la générosité mise à répondre « oui o à votre volonté connue, à l'exemple de La Vierge de Nazareth qui demeure le modèle évangélique de tous les acquiescements humains i la volonté divine Qu'il me soit fait selon ta parole. Vous permettez qu'il en soit ainsi que tout être vous cherche à partir du milieu où il apparaît sur terre. Vous qui illuminez tout homme venant en ce monde, ô Verbe divin devenu le Christ. Nous sommes tous, absolument tous, en progrès vers la vérité qui est vous-même, indéfiniment poursuivis que nous sommes tous par votre amour, c'est-à-dire par votre Esprit. Nous partons toujours et incessamment. Nous n' arrivons jamais. Pour moi, frères,je ne pense pas l'avoir saisi, mais... oubliant ce qui est derrière moi, et me portant de tout moi-même vers ce qui est en avant, je cours droit au but... Il est la voie par laquelle on va - à la vérité à laquelle, de plus en plus, on parvient, le champ en étant sans limite -à la vie dans laquelle on demeure ici-bas malgré le péché si l'on s'en repent et à travers les ombres de la foi, plus tard, mais toujours bientôt, dans le sein du Père où le péché n'est plus et où l'on marche, où l'on court encore de clarté en clarté.

PRIÈRE

Tu as voulu, Seigneur, qu'en recevant ta grâce nous devenions des fils de lumière; Ne permets pas que l'erreur nous plonge dans la nuit, mais accorde-nous d'être toujours rayonnants de ta vérité.

Demain sera mon jour de danse.

 « Il dansera pour toi avec des cris de joie, comme aux jours de fête. »

L'admirable chant de Sidney Carter (poète anglais du XXe s.) évoque toute l'oeuvre de Dieu, depuis l'élan créateur jusqu'au retour de Jésus vers son Père, et jusqu'à notre vie pour eux dans l'Esprit Saint, par un hymne à la danse. Il ne s'agit nullement d'exaltation continue, d'excitation au plaisir facile, mais de cette exultation tout intérieure, de cette calme joie qui vient de Dieu, de la certitude de lui être uni, quoi qu'il se passe en nous, autour de nous, pourvu que nous demeurions orientés vers qui comme l'aiguille de la boussole, et que notre attention reste nourrie de sa parole. (Jean LECLERCQ)

Je dansais le matin lorsque le monde naquit, je dansais entouré de la lune, des étoiles, du soleil, je descendis du ciel et dansais sur la terre et je vins au monde à Bethléem.

Dansez où que vous soyez, car, dit-il, je suis le Seigneur de la danse je mènerai votre danse à tous, où que vous soyez, dit-il, je mènerai votre danse à tous.Je dansais pour le scribe et pour le pharisien mais eux n'ont voulu ni danser ni me suivre; je dansais pour les pêcheurs, pour Jacques et pour Jean, eux m'ont suivi et ils sont entrés dans la danse.

Je dansais le jour du Sabbat, je guéris le paralytique, les saintes gens disaient que c'était une honte. Ils m'ont fouetté, m'ont laissé nu et m'ont pendu bien haut sur une croix pour y mourir...Je dansais le vendredi quand le ciel devint ténèbres il est difficile de danser avec le démon sur le dos! Ils ont enseveli mon corps et ont cru que c'était fini, mais je suis la danse et je mène toujours le ballet. Ils ont voulu me supprimer, mais j'ai rebondi plus haut encore car je suis la vie, la vie qui ne saurait mourir le vivrai en vous, si vous vivez en moi car, dit-il, je suis le Seigneur de la danse. (Sidney CARTER)

PRIÈRE

Que bondisse mon coeur, plein de joie et qu'il chante le Seigneur! Alleluia.

 PRIÈRE

Dieu éternel et tout-puissant, toi qui as créé les hommes pour qu'ils te cherchent de tout leur coeur et que leur coeur s'apaise en te trouvant.Fais qu'au milieu des difficultés de ce monde tous puissent discerner les signes de ta bonté et rencontrer des témoins de ton amour, qu'ils aient le bonheur de te reconnaître, toi, le seul vrai Dieu et le Père de tous les hommes.

PRIÈRE 

En ce jour on chantera le chant de la tristesse changée en joie, le chant du pressoir où l'on entre, le chant du vin qui coule, le chant de la mère qui enfin met au monde un homme. Et Dieu sera votre joie. Il sera avec nous, Dieu, notre joie. Il se réjouira en nous.

PRIÈRE

Seigneur notre Dieu, tu as semé ta parole, donné ton Fils, broyé et mort pour nous. Il est pain de vie pour le monde. Nous te prions: permets-nous de trouver la force d'aller le même chemin que lui, d'être les uns pour les autres comme une semence qui meurt et porte des fruits, nourrissants comme le pain. Qu'ainsi nous puissions mener une vie heureuse.

PRIÈRE

Ton royaume vient là où des hommes écoutent la voix de tes prophètes, la parole de Jésus. Ton royaume vient là où des hommes misent sur lui, sur la force de son amour sans défense.Ton royaume devient visible sous nos veux, sous nos mains, quand nous allons où tu nous envoies et croyons à la force des actions modestes. Donne-nous la confiance et nous croirons que l'impossible en ce monde est possible pour toi. Car tu es le Dieu des promesses.            

PRIÈRE

Seigneur, notre Dieu, nous t'appelons du nom dont Jésus t'a nommé. Il pouvait t'appeler Père il était ton Fils, l'image de ton amour des hommes. Si nous sommes, à son image, tes fils, le monde verra que nous n'avons qu'un Père. Alors ton nom sur nos lèvres ne sera pas lettre morte, mais parole authentique prononcée avec respect par Jésus, ton Fils.

PRIÈRE

Donne-nous la patience avec nos manquements et l'espérance qui tient bon contre vents et marées en ce monde. Car tu as laissé descendre ton Fils dans notre obscurité, il est devenu pour nous ta lumière, notre espérance pour le temps et pour l'éternité.

Prière du dimanche soir. (Michel Quoist)

« Reste avec nous, Seigneur. »  

Seigneur, ce soir je suis seul.

Peu à peu les bruits se sont tus dans l'église,

Les personnes s'en sont allées, et je suis rentré à la maison, seul.

J'ai croisé les gens qui rentraient de promenade...

Je me suis heurté aux gosses qui jouaient sur le trottoir.

Les gosses, Seigneur, les gosses des autres qui ne seront jamais les miens.

Me voici, Seigneur, seul.

Le silence me gêne, la solitude m'oppresse.

Seigneur, j 'ai trente-cinq ans, un corps fait comme les autres,

Des bras neufs pour le travail, un coeur réservé pour l'amour,

Mais je t'ai tout donné.

C'est vrai que tu en avais besoin.

Je t'ai tout donne, mais c est dur, Seigneur.

C'est dur de donner son corps : il voudrait se donner à d'autres.

C'est dur d'aimer tout le monde et de ne garder personne.

C'est dur de serrer une main sans vouloir la retenir...

C'est dur d'être seul...

 ................................

-Fils, tu n'es pas seul; Je suis avec toi, Je suis toi.

Car j'avais besoin d'une humanité de surcroît pour continuer

Mon Incarnation et ma Rédemption.

De toute éternité, je t'ai choisi, J'ai besoin de toi.

J'ai besoin de tes mains pour continuer de bénir,

J'ai besoin de tes lèvres pour continuer de parler,

J'ai besoin de ton corps pour continuer de souffrir,

J'ai besoin de ton coeur pour continuer d'aimer,

J'ai besoin de toi pour continuer de sauver,

Reste avec moi, fils...

................

- Seigneur, ce soir, tandis que tout se tait et qu'en mon coeur, je sens durement cette morsure de la solitude, tandis que mon corps hurle longuement sa faim de plaisir, tandis que les hommes me dévorent l'âme et que je me sens impuissant à les rassasier. Tandis que sur mes épaules le monde entier pèse de tout son poids de misère et de péché, je te redis mon oui, non dans un éclat de rire, mais lentement, lucidement, humblement, Seul, Seigneur, devant toi, Dans la paix du soir.

 PRIÈRE

Marche devant nous, toi qui es notre avenir. Fais-nous chercher des voies nouvelles et tenir bon ensemble dans l'insécurité. Mais donne-nous la certitude qu'aujourd'hui encore ta force est à l'oeuvre et que tu renouvelles constamment le monde par le Christ, notre Seigneur.

PRIÈRE

Dieu, tu désires nous aider plus que nous ne désirons être aidés. Tu vois comme nous gisons, paralysés, et combien nous sommes lents à bien faire. Relève-nous et réveille en nous la force de marcher ton chemin. Donne-nous de nous fortifier les uns les autres et de nous entraider à venir à toi, Dieu vivant, qui es venu à nous en Jésus Christ, notre Seigneur.  

   PRIÈRE

A quoi sert ta venue, si pour les tiens la vie continue telle quelle?... Convertis-nous. Ébranle-nous. Que ton message devienne chair de notre chair, sang de notre sang, raison d'être de notre vie. Qu'il nous arrache à la quiétude de la bonne conscience! Qu'il soit exigeant, incommode, car ce n'est qu'ainsi qu'il nous apportera la paix profonde, la paix différente, Ta paix!...

PRIÈRE

Tu as sous nos veux déployé ta force en Jésus, le fils de l'homme. Tu nous as laissé soupçonner ce que serait notre terre, si nous osions vivre comme lui. Arrache-nous aux compromis avec ce monde et avec nous-mêmes. Réveille-nous pour faire aujourd'hui ce que nous pouvons et pour tout espérer de l'avenir qui a commencé en Jésus, notre Seigneur.

 PRIÈRE

Tous nos jours sont remplis de tes merveilles.Et la plus étonnante, c'est qu'il y ait toujours des hommes qui croient en ton Fils et qui osent répondre à sa parole. Renouvelle en nous cette merveille jour après jour que nous le prenions au sérieux et refusions toute autre plénitude que celle de sa parole et de son esprit.

PRIÈRE

Nous te prions pour tous ceux qui n'ont ni beauté ni apparence attirant le regard. Pour ceux qui ne sont pas semblables aux autres les enfants malheureusement nés, les instables et les handicapés, les malades incurables. Nous te prions; donne-nous de découvrir le sens de leur présence en ce monde.

PRIÈRE 

Seigneur, nous t'en prions, éclaire nos coeurs de ta lumière souveraine. Nous trouverons alors la force d'avancer dans un monde obscur pour atteindre le pays du jour sans déclin.

  PRIÈRE

Entraîne-nous vers le silence fécond. Ne cesse pas de nous parler jusqu'à ce que nous t'entendions, et que nous sachions reconnaître en tout homme, en toute chose, ton message.

PRIÈRE

Seigneur,

Quand j'aurai faim, donnez-moi quelqu'un à nourrir,

Quand j'aurai soif, donnez-moi quelqu'un à abreuver,

et quand j'aurai froid, quelqu'un à vêtir.

Quand je serai dans la tristesse, donnez-moi quelqu'un à relever.

Quand mon fardeau me pèsera, chargez-moi de celui des autres, et quand j'aurai besoin de tendresse, que l'on fasse appel à la mienne.

Que votre volonté soit ma nourriture, votre grâce ma force, et votre amour mon repos. Que toute ma vie soit une offrande, perpétuellement tendue vers vous, ô Père, jusqu'au jour où il vous plaira de la prendre.

PRIÈRE 

Seigneur, notre Dieu, quand la conscience de notre mal nous submerge, tu lui opposes, plus forte, la puissance de ton amour. Nous nous confions à toi avec le bien et le mal qui sont en nous. Car tu te réjouis quand nous tournons vers toi le regard de la foi. Nous le croyons sur la parole de celui qui a le pouvoir de nous acquitter, Jésus, le fils de l'homme.

PRIÈRE 

Parle-nous, Seigneur, -dis-nous une parole de guérison, toute proche. Pose la main sur nous quand nous sommes dans le trouble. Et Si nous sommes écrasés, relève-nous, que nous puissions rencontrer et servir les autres, de même que tu as relevé Jésus pour qu'il soit parmi nous comme celui qui sert.  

Prière à Jésus Christ, Sauveur. (Missel mozarabe)

Seigneur Jésus Christ, toi qui es à la fois Dieu sauveur des hommes et Homme tout-puissant sur Dieu, nous t'invoquons, nous te louons, nous te prions.

Sois-nous présent dans ton indulgence, ta compassion et ton pardon.

Mets dans nos coeurs des désirs que tu puisses combler; sur nos lèvres, des prières que tu puisses exaucer; dans nos oeuvres, des actes que tu puisses bénir.

Ta naissance dans la chair, celle qui se produisit jadis, Seigneur,nous ne te demandons pas de la renouveler pour nous; mais nous te prions de nous faire naître à ta Divinité.

Ce que ta grâce unique a réalisé corporellement en Marie, réalise-le, maintenant en Esprit, dans ton Église.

Que sa foi inébranlable te conçoive;

Que son intelligence sans tache t'enfante;

Que son âme enfin, couverte par la vertu du Tout-Puissant, te garde à jamais!

Pauvre avec Jésus. (Charles DE FOUCAULD)

O mon Seigneur Jésus, voici donc cette divine pauvreté!

Comme il faut que ce soit vous qui m'en instruisiez! vous l'avez tant aimée!

Dès l'Ancien Testament, vous avez montré pour elle toutes vos complaisances... Dans votre vie mortelle, vous avez fait d'elle votre compagne fidèle... vous l'avez laissée en héritage à vos saints,à tous ceux qui veulent être vos disciples.. vous l'avez enseignée par les exemples de toute votre vie, vous l'avez glorifiée, béatifié, proclamée nécessaire par vos paroles...

Vous avez choisi pour parents de pauvres ouvriers...

Vous êtes né dans une grotte servant d'étable;

Vous avez été pauvre dans les travaux de votre enfance...

Vos premiers adorateurs sont des bergers...

A votre Présentation au Temple, on a offert le don des pauvres...

Vous avez vécu trente ans pauvre ouvrier, ce Nazareth que j'ai le bonheur de fouler, où la joie indicible, profonde, inexprimable, souvent rude de ramasser du fumier...

Puis pendant votre vie publique, vous avez vécu d'aumônes au milieu de pauvres pêcheurs que vous aviez pris comme compagnons... Sans pierre pour poser votre tête...

En ce temps-là, avez-vous dit à sainte Thérèse, i souvent vous avez dormi au serein, faute de trouver un toit, où vous abriter... Sur le Calvaire, vous avez été dépouillé de vos vêtements, votre possession et les soldats les ont joués entre eux..

Vous êtes mort nu, et vous avez été enseveli par aumône, par des étrangers,

Bienheureux les pauvres!...

Mon Seigneur Jésus, comme il sera vite pauvre celui qui, vous aimant de tout son coeur, ne pourra souffrir d'être plus riche que son Bien-aimé!

Mon Seigneur Jésus, comme il sera vite pauvre celui qui, songeant que tout ce qu'on fait à un de ces petits, on vous le fait, que tout ce qu'on ne leur fait pas, on ne vous le fait pas, soulagera toutes les misères à sa portée!...

Comme il sera vite pauvre celui qui recevra avec foi vos paroles Si vous voulez être parfait, vendez ce que vous avez et donnez-le aux pauvres.

Bienheureux les pauvres, car quiconque aura quitté ses biens pour moi, recevra ici-bas cent fois plus et, au ciel, la vie éternelle.

Mon Dieu, je ne sais s'il est possible à certaines âmes de vous voir pauvre et de rester volontiers riches, de se voir tellement plus grandes que leur maître, que leur Bien-Aimé, et de ne pas vouloir vous ressembler en tout, autant qu'il dépend d'elles et surtout en vos abaissements; je veux bien qu'elles vous aiment, mon Dieu, mais cependant, je crois qu'il manque quelque chose à leur amour, et, en tout cas, moi, je ne puis concevoir l'amour sans un besoin, un besoin impérieux de conformité, de ressemblance et, surtout, de partage de toutes les peines, de toutes les difficultés, de toutes les duretés de la vie...

Être riche, à mon aise, vivre doucement de mes biens, quand vous avez été pauvre, gêné, vivant péniblement d'un dur labeur pour moi, je ne le puis, mon Dieu... je ne puis aimer ainsi... Il ne convient pas que le serviteur soit plus grand que le Maître, ni que l'épouse soit riche quand l'époux est pauvre, quand il est volontairement pauvre, surtout, et qu'il est parfait... Sainte Thérèse, fatiguée des instances qu'on faisait pour qu'elle acceptât des revenus pour son monastère d'Avila, était parfois près de consentir, mais quand elle revenait dans son oratoire et qu'elle voyait la Croix, elle tombait à ses pieds et suppliait Jésus, nu sur cette croix, de lui faire la grâce de n'avoir jamais de revenus et d'être aussi pauvre que lui...

Je ne juge personne, mon Dieu, les autres sont vos serviteurs et mes frères, et je ne dois que les aimer, leur faire du bien, et prier pour eux; mais pour moi, il m'est impossible de comprendre l'amour sans la recherche de la ressemblance et sans le besoin de partager toutes les croix...

Prière. (IBNATA)

Mon Dieu, je suis le pauvre dans ma richesse, comment ne serais-je pas le pauvre dans ma pauvreté? Mon Dieu, je suis l'ignorant dans ma science, comment ne serais-je pas plus ignorant dans ma nescience?

Mon Dieu, les variations de ton gouvernement des choses et la prompte réalisation de tes décrets on empêché tes serviteurs qui te connaissent d'être en sécurité près de toi quand tu es libéral, et de désespérer de toi quand tu éprouves. Mon Dieu, ce que je fais convient à ma vilenie, et ce que tu fais est digne de ta générosité. Mon Dieu, tu t'es proclamé la bonté et la pitié à mon égard avant que ma faiblesse vînt même à l'existence; m'en priverais-tu maintenant que j'existe ? Mon Dieu, si le bien se manifeste en moi, c'est ta libéralité, et à toi de t'en glorifier! Et si le mal se manifeste en moi, c'est par ta justice, et à toi d'en prendre acte contre moi! Mon Dieu, comment m'abandonnerais-tu à moi-même alors que tu m'as pris en charge?.

Comment serais-je opprimé, alors que tu es mon secours ?

Et comment serais-je déçu, alors que tu es sollicitude pour moi ?

Dieu, comme tu es proche de moi, et comme je suis loin de toi!

Dieu, aveugle est l'oeil qui ne te voit pas, qui veilles sur tout être.

Dieu, c'est toi qui fais briller tes lumières dans les coeurs de tes amis,

jusqu'à ce qu'ils t'aient connu et unifié; toi qui les « humanises »,

jusque le monde les « assauvagit ».

Tu les diriges vers la manifestation de tes signes :qu'a-t-il trouvé, celui qui t'a perdu? et que peut-il perdre, celui qui t'a trouvé ?

Bien vide est celui qui se satisfait d'un autre que toi; et il a tout perdu celui qui cherche une autre direction que celle qui mène à toi.

Mon Dieu, comment espérer en un autre que toi? alors que tu n'as jamais interrompu le flot de tes bienfaits ?

O toi, qui fais goûter à tes bien-aimés la douceur de ta société et les voilà debout devant toi, avides! -

O toi, qui as revêtu tes amis des vêtements de ta dignité et les voilà grands de ta grandeur!

Toi qui te souviens avant aucun souvenir chez les autres.

Toi qui as commencé à répandre tes bienfaits, avant que se tournent vers toi les visages de tes serviteurs.

Toi qui es libéral dans tes dons avant toute demande!

Toi qui accordes largement; et après avoir accordé, tu empruntes ce que tu as donné!

Psaume 12. (Paul CLAUDEL)

Et alors, Seigneur, c'est pour toujours? ça va durer longtemps que tu m'oublies et que tu détournes de moi la figure?

C'est fini que tu m'abandonnes à mes réflexions et mon coeur à cette pointe incessante ?

Ça va durer toujours qu'on me marche dessus? regarde-moi, écoute-moi tout de même un petit peu, Seigneur mon Dieu!

Éclaire-moi que je n'aille pas comme un dort-debout à ma perte! et que mes bons amis ne disent pas en se frottant les mains : On l'a eu!

Qui est-ce qui sera bien content, si je viens à chopper ? Mais je n'ai pas perdu espoir dans cette chose qu'on appelle ta miséricorde.

A l'idée de ton salut mon coeur a comme pris des ailes! Ce Seigneur Dieu qui m'a fait du bien, vers lui il est sorti de moi un chant! il est sorti de moi une espèce de chant et de poème vers le Très Élevé!

  Le Père lui-même vous aime. (Pierre LYONNET)

 Père, c'est à toi que je m'adresse, ce soir, avec une confiance tranquille et paisible. Ton Fils m'a appris que tu étais mon Père, qu'il ne fallait pas t'appeler d'un autre nom. Tu n'es que Père. Père, je viens simplement te dire que je suis ton enfant, et je te le dis sérieusement, et pourtant avec l'envie de rire et de chanter, tellement c'est beau d'être ton fils : mais c est sérieux, car tu m'as tellement aimé, et moi, si peu, Père, fais de moi ce que tu veux; me voici pour faire ta Volonté, ta Volonté, je le sais, elle est que je devienne semblable à ton Unique, le Frère Aîné qui m'a appris ton nom, que je marche sur le même chemin; je sais cela, et avec quel amour je l'accepte! O Père, je n'ai point de force, mais j'ai la tienne. Me voici : travaille en moi, taille et coupe, soulève-moi ou laisse-moi tout seul, je ne te ferai jamais l'injure d'avoir peur ou de croire que tu m'oublies, et si je trouve la croix très lourde, et que je n'y voie plus, je pourrai du moins te répéter inlassablement que je crois à ton amour et que j'accepte ta volonté. Mais je veux boire au même calice que ton Fils; ô Père, ne me le refuse pas... Mais tu ne me le refuseras pas, puisque je sais que telle est ta Volonté. Père, me voilà; je n'ai pas fini de te faire de la peine, mais tu ne finiras jamais de me pardonner. Quant à l'amour, je serai toujours battu... non, car tu me donneras le tien, tu me donneras ton Amour, ton Fils, en qui je pourrai tout.

Seigneur Dieu, voici ma vie pour que tu en fasses ce que tu voudras, pour que tu en fasses la vie de Jésus Christ. Mais tu ne pourras empêcher que partout où tu m'enverras, joyeux ou désolé, malade ou bien portant, comblé ou humilié, l'Esprit en moi clame vers toi, véhément, appelant ton Amour impérieusement pour mes frères les hommes qui ne savent pas, que tu es Père. O Père, voici ma vie, mais donne-moi mes frères, que je te les rende.

Où irions-nous, Seigneur? (KIERKEGAARO)

Nous te prions pour l'heureux de ce monde qui, dans sa joie, sait à peine où il doit aller, afin que tu l'attires à toi et lui fasses comprendre qu'il doit aller à toi; nous te prions pour celui qui souffre et ne sait dans sa misère où aller, afin que tu l'attires à toi veuille que l'heureux et le malheureux, Si différents par leur sort, soient unis dans une même pensée où ils ne sachent pas d'autre que toi à qui aller.

Nous te prions pour ceux qui ont besoin de conversion afin que, du chemin de la perdition, tu les attires à toi sur le chemin de la vérité; pour ceux qui sont tournés vers toi et ont trouvé le chemin, nous te prions de leur accorder d'avancer sur le chemin, attirés par toi. Et comme la vérité est « le chemin » qui « peut être perdu de trois manières en se trompant de voie, en trébuchant sur la route, en s'écartant de la bonne direction ».

Nous te prions d'attirer à toi les égarés de leur fausse voie, de fortifier ceux qui chancellent sur la route, et de ramener les désorientés dans la bonne direction.

Ainsi, nous te prions pour tous; mais on ne peut nommer chaque individu; et qui pourrait seulement dénombrer toutes nos différences! Nous n'en évoquerons qu'une seule. Nous te prions pour les serviteurs de la Parole, pour ceux dont la mission est d'attirer les hommes à toi, pour autant qu'un homme en est capable : nous te prions de bénir leur travail; mais veuille qu'en l'accomplissant ils soient eux-mêmes attirés à toi, afin que dans leur zèle à attirer les autres à toi, ils ne soient point retenus loin de toi. Et nous te prions pour les chrétiens de la communauté, afin qu'attirés à toi ils n'aient point d'eux-mêmes une idée mesquine, comme s'il ne leur était pas aussi donné d'en attirer d'autres à toi, dans la mesure de leurs moyens. Dans la mesure de leurs moyens, car toi seul peux attirer à toi, bien que tu puisses te servir de tout et de tous - pour attirer tous les hommes à toi.

Amen.