Index

HYMNE

Un nouveau matin se lève, premier jour de la semaine.

Regardez ma joie briller, c'est Jésus qui se relève.  Alléluia, alléluia! 

Tombeau vide et plus de gardes, seuls les anges me regardent,

Entonnez de nouveaux chants, c'est Jésus qui nous fait vivre. 

Le jardin est clair et calme, le Seigneur est là qui parle,

J'ai cru voir le jardinier, c'est Jésus qui est lumière. 

HYMNE

Mes larmes, nuit et jour, pourraient-elles effacer la souillure, Qui marque mon passage?

Non pas tes larmes, mais la tendresse qu'elles implorent et l'amour dont elles sont le gage.

La crainte qui m'étreint de manquer à la vie

Saurait-elle changer mon coeur de pierre?

Non pas ta crainte, mais le regard qui la fait naître

Et l'amour que, tremblante, elle espère. 

Mon zèle pourrait-il réparer tout le mal

Qui jalonne ma route et ses méandres?

Non pas ton zèle, mais le pardon qui l'émerveille

Et l'amour qui chaque jour l'engendre.

Ces mains n'ont-elles rien qu'un parfum à t'offrir pour te plaire,

Seigneur de ma louange?

Tes mains sont vides, mais c'est leur chance et ton offrande:

M'accueillir, te donner en échange.

HYMNE

Dieu s'approchait comme le fruit d'un long désir,

Comme le sceau d'une alliance dont il était l'avenir.

Il répondait à l'espérance d'un peuple en marche vers lui.

Toute une race de croyants guettait son Jour;

La foi patiente des pauvres tenait la veille d'amour.

Devinaient-ils les feux de l'aube dans le regard d'une enfant. 

L'ultime étape commençait avec Marie.

La Vierge était l'héritière de la promesse de vie.

Bienheureux ceux qui façonnèrent le coeur que Dieu choisissait. 

Ils préparèrent le chemin du Dieu Sauveur

Qui changerait en exode l'ancien exil des pécheurs.

Il s'approchait... Il vient encore, nous attendons son matin.

HYMNE

Thérèse de l'Enfant-Jésus, le plus petit peut suivre ta voie ouverte

vers le Seigneur de toute joie qui a reçu ta vie offerte. 

Chaque geste pour Lui, chaque instant avec Lui

et brûler les ombres de la terre, au feu de la prière, dans l'Esprit!

Au Père, le grand abandon, le don du bien caché, tu l'as fait d'avance,

et Lui, qui voit dans le secret, a dépassé ton espérance.

Tu as demandé d'être un jour l'Amour au coeur de l'Eglise, à part et entière,

l'Epoux chaste, sans retard, t'a consumée à Sa lumière.

Amen, amen, rappelle-nous que tout, jusqu'à l'extrême douleur, est grâce

par le Seigneur, Fils du Seigneur, Thérèse de la Sainte Face.

LETTRE DE STE THÉRÈSE À SOEUR MARIE DU SACRÉ-COEUR (8 SEPTEMBRE 1896)

A l'oraison, mes désirs me faisant souffrir un véritable martyre, j'ouvris les épîtres de S. Paul afin de chercher quelque réponse. Les chapitres XII et XIII de la première épître aux Corinthiens me tombèrent sous les yeux... J'y lus, dans le premier, que tous ne peuvent être apôtres, prophètes, docteurs.. que l'Eglise est composée de différents membres et que l'oeil ne saurait être en même temps la main... La réponse était claire mais ne comblait pas mes désirs, elle ne me donnait pas la paix...

Sans me décourager je continuais ma lecture et cette phrase me soulagea: "Recherchez avec ardeur les dons les plus parfaits, mais je vais encore vous montrer une voie plus excellente ". Et l'Apôtre explique comment tous les dons les plus parfaits ne sont rien sans l'Amour... Que la Charité est la voie excellente qui conduit sûrement à Dieu. Enfin j'avais trouvé le repos...

Considérant le corps mystique de l'Église, je ne m'étais reconnue dans aucun des membres décrits par s. Paul, ou plutôt je voulais me reconnaître en tous... La charité me donna la clé de ma vocation. Je compris que si l'Église avait un corps, composé de différents membres, le plus necessaire, le plus noble de tous ne lui manquait pas; je compris que l'Église avait un Coeur, et que ce Coeur était brûlant d'amour. Je compris que l'Amour seul faisait agir les membres de l'Eglise, que si l'Amour venait à s'éteindre, les Apôtres n'annonceraient plus l'Évangile, les Martyrs refuseraient de verser leur sang... Je compris que l'amour renfermerait toutes les vocations, que l'amour était tout, qu'il embrassait tous les temps et tous les lieux... ; en un mot, qu'il est éternel!...

Alors, dans l'excès de ma joie délirante, je me suis écriée; O Jésus, mon Amour... ma vocation, enfin je l'ai trouvée, ma vocation, c'est l'amour!...

Oui, j'ai trouvé ma place dans l'Église et cette place, ô mon Dieu, c'est vous qui me l'avez donnée... dans le Coeur de l'Église, ma Mère, je serait l'Amour... ainsi, je serai tout... ainsi mon rêve sera réalisé!!!...

Voyez quel grand amour nous est donné! Enfants de Dieu, nous le sommes, discernés par avance dans le Fils unique. Au prix du sang qu'il a versé, Jésus nous conduit vers le Père.

Nos yeux sont fixés sur la cité de fête où nous verrons le visage de Dieu.

Au-delà de toute souffrance, une joie éternelle nous attend.

HYMNE

Celui qui ne change pas quand le monde passe,

nous rejoins par l'espace de la foi pure, et sa présence te rassure.

Qui nous ôterait la paix si repose en nous l'Esprit?

Dieu seul suffit!

Le chemin de perfection, tu dis qu'il arrive à la fontaine d'eau vive,

que toute gloire jaillit du coeur profond où le Seigneur se donne à boire. 

Entre tous les dons reçus, les fruits du silence,

de pauvreté, de souffrance, de solitude, Thérèse de Jésus, te sont déjà béatitude. 

Mourir de ne pas mourir t'entraîne à toute heure vers la septième demeure,

centre de l'âme, et tu viens avertir que l'Amour-même nous réclame. 

DE L'AUTOBIOGRAPHIE DE STE THÉRÈSE 

En présence de Jésus Christ, si bon ami et si bon capitaine qui s'exposa le premier à la douleur, on peut tout souffrir. Il nous vient en aide et nous donne des forces; jamais il ne nous fait défaut; c'est un véritable ami. Et je vois claire-ment, je l'ai toujours vu depuis, que pour contenter Dieu en obtenant de lui de grandes faveurs, n veut que nous tenions tout de cette humanité sacrée, en qui Sa Majesté a dit mettre toutes ses complaisances.

Je l'ai vu très souvent par expérience: le Seigneur me l'a j dit. J'ai vu clairement que nous devions entrer par cette porte, si nous voulons que la Majesté souveraine nous révèle de grands secrets.

Que Votre grâce ne cherche donc pas un autre chemin, même si vous êtes aux sommets de la contemplation; car ici vous êtes en sûreté. Tous les biens nous viennent de ce

Seigneur, le nôtre. Il vous instruira; considérez sa vie, c'est le meilleur modèle.

Que voulons-nous avoir de mieux à nos côtés qu'un si bon ami qui ne nous abandonnera pas dans les peines et les tribulations, comme le font ceux du monde? Bienheureux celui qui l'aime et le garde toujours auprès de lui. Regardons le glorieux saint Paul, on eût dit que Jésus lui sortait toujours par la bouche, tant il le gardait présent dans son coeur. Depuis que j'ai compris cela, j'ai considéré avec attention quelques saints, grands contemplatifs, et ils ne suivaient pas d'autre voie. Saint François le montre par les stigmates, saint Antoine de Padoue par l'Enfant, saint Bernard faisait ses délices de l'humanité de Jésus, sainte Catherine de Sienne, et tant d'autres.

Nous devons marcher librement sur ce chemin, et nous abandonner dans les mains de Dieu; si Sa Majesté veut nous élever au rang de ses camériers et nous communiquer ses secrets, y aller de bon coeur.

Chaque fois que nous pensons au Christ, rappelons-nous avec quel amour il nous a fait tant de faveurs, et la grandeur de celui que Dieu nous a témoigné en nous donnant ce gage de son amour pour nous: car amour obtient amour. Et même Si nous en sommes tout à fait à nos débuts, et fort misérables, tâchons de toujours considérer cela pour éveiller l'amour en nous ; car Si le Seigneur nous accorde un jour la grâce de graver cet amour dans notre coeur, tout nous sera facile, nous agirons très vite et sans le moindre effort.

Voyez quel grand amour nous est donné! Enfants de Dieu, nous le sommes, discernés par avance dans le Fils unique. Au prix du sang qu'il a versé, Jésus nous conduit vers le Père. Nos yeux sont fixés sur la cité de fête où nous verrons le visage de Dieu.

HYMNE

Pour toi, Fils de Dieu, le nard de grand prix,

La vie donnée sans jamais la reprendre.

Pour toi la louange de ta servante.

Vers toi, Jésus Christ, l'écoute du coeur,

Ton nom crié sans briser le silence,

Vers toi la violence de l'espérance.

Par toi, Serviteur, la force d'aimer,

La longue marche au désert de l'absence;

Par toi la descente dans la souffrance.

En toi, Bien-aimé, la paix du désir,

La joie parfaite que nul ne peut prendre:

Ta vie en offrande pour ta servante. 

Venez, filles de Dieu, approchez du Seigneur et vous serez dans la lumière.

Louez, serviteurs du Seigneur, louez le nom du Seigneur! Béni soit le nom du Seigneur, maintenant et pour les siècles des siècles! Du levant au couchant du soleil, loué soit le nom du Seigneur!

 

PAROLE DE DIEU 1 Co 7, 32b. 34a

Celui qui n'est pas marié a le souci des affaires du Seigneur, il cherche comment plaire au Seigneur. La femme sans mari, ou celle qui reste vierge, a le souci des affaires du Seigneur; elle veut lui consacrer son corps et son esprit.

Elle a donné sa vie pour le Christ, elle a suivi l'Agneau crucifié.

HYMNE

Voici l'Épox, sortez à sa rencontre!

Voici l'Époux: il vous donne pour l'attendre et l'huile de vos lampes et la flamme.

Vers toi, Seigneur, notre regard.

Vous étiez autrefois ténèbres, à présent lumière dans le Seigneur:

marchez en enfants de lumière.

Que resplendisse en vous la connaissance de la gloire de Dieu:

Jésus a brillé dans vos coeurs. Rendez grâce au Père: il vous appelle à partager

l'héritage des saints dans la lumière.

Gardez vos lampes allumées: vous ne savez ni le jour ni l'heure.

HYMNE

Vous qui passiez jadis sur nos chemins

Comme l'annonce d'une enfance à venir,

Découvrez-nous sa grâce, soeurs aimées dans le Christ,

Partagez-nous encore votre secret.

Vous connaissez le prix des jours obscurs

Et l'espérance dont la foi les remplit;

«N'attendez pas de signes », nous répond votre vie,

L'événement d'amour est quotidien 

Vous savez bien le poids de nos échecs

Et la souffrance qui refuse la croix;

Vous connaissez la coupe des enfants sans espoir,

Vous mesurez la peur qui les étreint. 

La compassion de Dieu vous a blessées

Au fond de l'âme comme un glaive de feu;

Vous deveniez l'image de l'Agneau mystérieux

Quand vous portiez la mort des mal-aimés.

Et maintenant voici le grand repos

Dans la lumière d'un bonheur accueilli:

Vous contemplez le Père, soeurs élues dans le Christ,

Et son amour offert à tous les hommes. 

PAROLE DE DIEU Ct 8, 7

Les torrents ne peuvent éteindre l'amour, les fleuves ne l'emporteront pas. Si quelqu'un offrait toutes les richesses de sa maison pour acheter l'amour, tout ce qu'il obtiendrait, c'est un profond mépris.

LOUANGE ET INTERCESSION

O Christ, toi que les saintes vierges ont aimé d'un unique amour, - fais que rien ne nous sépare de toi.

Jésus, gloire des vierges, écoute-nous!

Tu as couronné Reine des vierges, Marie, ta mère, - par son intercession, purifie nos coeurs.

A la prière des saintes femmes qui t'ont suivi de tout leur coeur, - accorde-nous de marcher le coeur libre à travers ce monde qui passe.

Toi, l'Époux que les vierges sages ont su attendre, - donne-nous un coeur vigilant, prompt à te reconnaître.

Par l'intercession de sainte - fais-nous brûler d'amour en ta présence.

PAROLE DE DIEU Ap 19, 6b-7

Le Seigneur notre Dieu a pris possession de sa royauté, lui le Tout-Puissant. Soyons dans la joie, exultons, rendons-lui gloire, car voici les noces de l'Agneau. Son épouse a revêtu ses parures.

Voici l'Époux! Sortez à sa rencontre! Veillez donc, car vous ne savez ni le jour, ni l'heure.

HYMNE

Dieu, ma joie, tu es le souffle de ma vie, tu es la source de mon chant tu es le rythme de mon sang, tu es le feu qui m'a saisie. 

Dieu, ma joie, tu as fait de ma pauvreté ta demeure de silence où tout être peut adorer le secret de ta présence.

Dieu, ma joie, toi seul es saint, ton amour est puissance, et dans tes mains le monde prend naissance.

Dieu, ma joie, tu disperses les vaniteux comme la paille dans le vent, mais tu chéris le malheureux comme un enfant.

Dieu, ma joie, tu renverses tous les rois, tu dépouilles les nantis, mais tu combles les petits dont le coeur a faim de toi.

Dieu, ma joie, tu es fidèle à tes promesses depuis hier jusqu'à demain, car ta tendresse n'a pas de fin. 

HYMNE

Là où il n'y a rien, qu'il y ait de la foi! Là où il y a foi, qu'elle grandisse!

Là où il y a nuit, qu'il y ait comme un oeil, que Dieu forme à voir sa lumière!

Là où il y a vide et silence dans l'homme, que Dieu façonne ce qui l'entendra!

Là où il y a mort de l'homme à sa naissance, que Dieu sème ce qui vivra! 

L'amour de notre Dieu est toujours au travail: Il nous donne la vie et ses vivres,

Il nous donne l'amour pour le vivre lui-même! Au coeur de l'homme il fait merveille!

Renaître de l'Esprit, l'Esprit qui connaît Dieu.

Je te dis simplement: D'où vient le Souffle?

Et toi, tu me réponds: Le vent te dit quelle est sa route. Ecoute seulement.

Il vient je ne sais d'où, Il souffle comme il veut,

Il s'en va loin devant jusqu'au Royaume.

Qui peut s'ouvrir à lui quand il murmure: « Il faut te croire ».

- Te croire mais comment?

Te croire fou de Dieu sur l'arbre de la croix;

Ta sagesse défie la mort de l'être.

Plus fort que nos comment, Ton amour seul nous fait renaître et vivre simplement.

PAROLE DE DIEU Rm 12, 1-2

Je vous exhorte, mes frères, par la tendresse de Dieu, à lui offrir votre personne et votre vie en sacrifice saint, capable de plaire à Dieu: c'est là pour vous l'adoration véritable. Ne prenez pas pour modèle le monde présent, mais transformez-vous en renouvelant votre façon de penser pour savoir reconnaître quelle est la volonté de Dieu: ce qui est bon, ce qui est capable de lui plaire, ce qui est parfait.

INTERCESSION

Bénissons le Christ, le Saint de Dieu!

Suivons-le dans la justice et la sainteté tout au long de nos jours.

Toi, le seul saint! Toi, le seul Seigneur!

Tu as connu l'épreuve comme nous, et tu n'as pas péché, prends pitié de nous, Seigneur Jésus.

Tu nous appelles à un parfait amour de charité, - sanctifie-nous, Seigneur Jésus. 

Tu veux que nous soyons le sel de la terre et la lumière du monde, - illumine-nous, Seigneur Jésus.

Tu es venu pour servir, non pour être servi, - change nos coeurs, Seigneur Jésus.

Toi, splendeur de la gloire du Père et parfaite expression de son être, montre-nous ton visage, Seigneur Jésus. 

HYMN

J'ai reçu ma lumière et mon salut, ô ma joie!

Tu fais toutes choses nouvelles, la terre et le ciel nouveaux.

Ici jaillissent les eaux de la Jérusalem éternelle! Tu es là! Alléluia! 

L'étincelle du Feu divin est en moi. La semence de l'Esprit Saint grandira! 

Je nourris ma force à ton corps, à ton sang. Je triomphe, en toi, de la mort,

Dieu vivant!

Ta Parole gonfle mon coeur, jour et nuit. Il exulte dans son Seigneur, Il te suit!

Chaque fois que vers l'un des tiens vont mes pas

C'est toi-même que je rejoins, dans la foi! 

INTERCESSION

O Père, source de toute sainteté, à la prière des saints et par la force de leur exemple, rends-nous semblables à ton Fils.

Sanctifie-nous, toi, le seul saint!

Père saint, tu veux que nous soyons appelés tes fils et que nous le soyons en vérité: - que ton Église proclame ton nom par toute la terre!

Père saint, tu veux que nous marchions en ta présence, - fais-nous porter un fruit qui demeure.

Père saint, dans le Christ, tu nous réconcilies avec toi, - rassemble-nous en un seul corps.

Père saint, tu nous recrées à ton image par ta Parole et tes sacrements: - qu'un parfait amour de charité nous renouvelle.

Père saint, tu pardonnes les péchés des hommes, - donne à nos frères défunts la joie de te voir face à face.

HYMNE

Mets ta lampe sur le boisseau, et tant mieux qu'elle s'éteigne!

Car tu auras une vraie joie, ta prière sera la torche que le Seigneur entretiendra. 

Mets ta lampe sur le boisseau, et tant mieux s'il la renverse

Et si le feu prend à ton bois;

Tu ne souffriras pas le mal que t'aurait fait le feu d'en-bas.

Mets ta lampe sur le boisseau, et tant mieux si tes doigts brûlent

A ne plus pouvoir la tenir: Puisque ton coeur sait être à deux,

Le Seigneur la tiendra pour toi.

Mets ta lampe sur le boisseau, et tant mieux Si tu n'as plus rien

A consumer, même pour lui: Dieu fournit le feu et le bois.

Alors tu brilleras en lui.

Ni la violence des puissants, ni la science des prudents

ne forcent le Royaume; mais la faiblesse des petits et la patience des humbles pénètrent les secrets de Dieu.

Béni sois-tu, notre Père, allégresse des pauvres!

Tu écoutes le cri des malheureux, tu les accueilles et les rassures.

Tu diriges les humbles vers la justice, tu leur enseignes ton chemin.

Tu retiens tous ceux qui tombent, tu redresses les accablés.

Tu révèles ton visage aux enfants, tu leur apprends la louange.

PAROLE DE DIEU Rm 12. 1-2

Je vous exhorte, mes frères, par la tendresse de Dieu, à lui offrir votre personne et votre vie en sacrifice saint, capable de plaire à Dieu: c'est là pour vous l'adoration véritable. Ne prenez pas pour modèle le monde présent, mais transformez-vous en renouvelant votre façon de penser pour savoir reconnaître quelle est la volonté de Dieu: ce qui est bon, ce qui est capable de lui plaire, ce qui est parfait. 

Que notre sacrifice en ce jour trouve grâce devant toi.

Nous te suivons et nous cherchons ta face.

A toi, louange et gloire éternellement.

LOUANGE ET INTERCESSION

Avec les saintes de tous les temps, louons et invoquons notre Sauveur:

Viens, Seigneur Jésus!

Tu as beaucoup pardonné à la pécheresse parce qu'elle a beaucoup aimé: - pardonne-nous, car nous avons beaucoup péché. 

Sur les routes de Galilée, les saintes femmes te suivaient: - accorde-nous de mettre nos pas dans tes pas.

Tu es le Maître que Marie écoutait et que Marthe servait: - donne-nous de te servir dans la f0! et l'amour.

Tu appelles frère, soeur, mère, celui qui fait ta volonté: - conforme nos paroles et nos actes à ton vouloir.

Tu as fait des saintes femmes les premières messagères de ta résurrection: - envoie-nous proclamer à tes frères que tu es le Vivant.

PAROLE DE DIEU Ga 6, 8

Ce que l'homme sème, il le récoltera. Celui qui sème pour sa propre chair récoltera ce que produit la chair: la corruption. Celui qui sème pour l'Esprit récoltera ce que produit l'Esprit: la vie éternelle.

Heureux qui suit la loi du Seigneur, heureux qui le cherche de tout coeur.

Mon coeur et ma chair crient de joie vers toi, ô Dieu vivant!

PAROLE DE DIEU 1 Co 9, 26-27a

Moi, Si je cours, ce n'est pas sans fixer le but; Si je fais de la lutte, ce n'est pas en frappant dans le vide. Mais je traite durement mon corps, et je le réduis en esclavage.

J'ai trouvé celui que mon coeur aime, je l'ai saisi et ne le lâcherai pas.

Je suis à mon bien-aimé, et mon bien-aimé est a moi.

PAROLE DE DIEU Ph 4, 8.9b

Frères, tout ce qui est vrai et noble, tout ce qui est juste et pur, tout ce qui est digne d'être aimé et honoré, tout ce qui s'appelle vertu et mérite des éloges, tout cela, prenez-le à votre compte. Et le Dieu de la paix sera avec vous.

HYMNE

Bienheureuse la femme que Dieu a visitée.

Elle a remis sa vie, elle a donné sa foi à Celui qui ouvre nos coeurs à sa présence.

Tu nous conduis, Seigneur, par un chemin de sainteté.

Bienheureuse la femme que Dieu a purifiée.

Elle a livré sa vie, elle a choisi la croix de Celui qui ouvre nos coeurs à la patience.

Tu nous convies, Seigneur, à cet amour de pauvreté.

Bienheureuse la femme que Dieu a glorifiée.

Elle a reçu la Vie, elle a trouvé sa joie en Celui qui ouvre nos coeurs à l'espérance.

Tu nous apprends, Seigneur, à partager ta liberté.

Quand le jour est obscur et que défaille l'homme, gardien de la cité,

Voici que tu révèles, femme connue de Dieu, un visage nouveau d'humanité. 

Ta présence a bravé les tyrannies du monde au nom d'un seul amour:

Passion qui te rend forte, libre pour ton Seigneur,

Dans la pleine assurance de l'Esprit.

Ta présence est un chant, c'est l'espérance neuve d'un peuple en désarroi:

Sagesse qui éclaire, femme qui pacifie et ranime la foi sans rien briser. 

Ta présence est un feu, une parole ardente qui brûle doucement;

Mais vienne la tempête, souffle un vent de folie: a parole est un cri lancé vers Dieu.

INTERCESSION

Souviens-toi, Seigneur, de ton Église!

Par les martyres qui n'ont pas craint d'affronter la mort, - donne à ton Église le courage dans les épreuves.

Par les épouses qui ont vécu dans la sainteté, - accorde à ton Église d'être le ferment de salut que tu offres au monde.

Par les veuves qui ont consacré leur solitude à la prière et à la charité, - fais de ton Eglise le lieu où s'accomplît le dessein de ton amour.

Par les mères de famille que tu as bénies dans leurs enfants, - donne à ton Église d'engendrer tous les hommes à une vie nouvelle.

Par toutes les saintes qui ont reçu la grâce de contempler ton visage, - accorde aux défunts de l'Église la joie de te voir sans fin.

Tu nous réjouis, Seigneur, par l'anniversaire de sainte N.; tandis que nous la célébrons dans nos prières, fais que nous l'imitions par la sainteté de notre vie.

Répands sur nous, Seigneur, cet esprit de contemplation et d'amour dont tu as comblé ta servante N.; puissions-nous, en cherchant à te servir comme elle, croire et vivre de manière à te plaire.

Nous t'en prions, Dieu tout-puissant: que l'intercession des saintes N. et N. nous obtienne la grâce d'imiter ce que nous admirons en elles, puisque la sainteté de leur vie peut servir d'exemple à chacun de nous.

Connaître le Christ, la puissance de sa résurrection, et la communion à ses souffrances.

Pour lui, j'ai tout perdu, et je cours vers le seul but: De tout mon élan, je veux le saisir, car lui, le premier, m'a saisi. 

Va, pèlerin, poursuis ta quête; va ton chemin, que rien ne t'arrête.

Prends ta part de soleil et ta part de poussière; le coeur en éveil oublie l'éphémère:

Tout est néant; rien n'est vrai que l'amour. N'attache pas ton coeur à ce qui passe.

Ne dis pas: j'ai réussi, je suis payé de ma peine. Ne te repose pas dans tes oeuvres: elles vont te juger. Garde en ton coeur la Parole: voilà ton trésor.

Porte du ciel, Jésus Christ, heureux qui s'avance vers toi et persévère dans l'amour.

Il entrevoit déjà un reflet de ta gloire; chaque jour augmente son désir

jusqu'à l'heure voulue par le Père.

Tu combles l'attente des justes, Seigneur, tu les reçois dans ta lumière.

Tu leur enlèves toute richesse pour leur donner une vie sans mesure.

Tu leurs apprends la folie de la croix pour leur découvrir les abîmes de la sagesse.

Tu les engages vers l'invisible pour leur montrer un jour la face du Père.

REFLEXION

«Recherchez les réalités d'en-haut»

Je veux vous inviter à tout abandonner, sans vous y obliger. Si vous ne pouvez pas abandonner entièrement le monde, retenez les biens de ce monde, mais de telle façon qu'ils ne vous retiennent pas dans le monde. Possédez, mais ne vous laissez pas posséder. Il faut que votre esprit domine ce que vous avez; autrement, si votre esprit est vaincu par l'amour des biens terrestres, c'est plutôt lui qui sera possédé par les biens qui lui appartiennent.

Sachez donc user des biens terrestres, et désirer les biens éternels; servez-vous des biens de la terre dans le cours de votre vie, et désirez trouver les biens du ciel à l'arrivée. Tout ce qui se passe dans ce monde, regardez-le comme à la dérobée. Que votre regard intérieur se dirige en avant et considère avant tout les réalités qui sont votre but.

Il faut extirper radicalement les vices, non seulement en éliminant leur pratique, mais encore en les arrachant de votre esprit. Ni les jouissances de la chair, ni la démangeaison de la curiosité, ni la fièvre de l'ambition ne doivent nous écarter de la Cène du Seigneur; mais les activités honnêtes elles-mêmes que nous menons dans le monde ne doivent toucher notre esprit qu'à la dérobée, afin que les activités terrestres qui nous plaisent rendent service à notre corps sans créer aucun obstacle à notre coeur.

Pour moi, vivre, c'est le Christ! Je suis en captivité pour le Christ, captif pour défendre l'Évangile. J'ai le désir de m'en aller et d'être avec lui.

Je demeurerai près de vous tous pour la joie de votre foi.